Research and Reference

Each project whether it be a design for a greetings card, book illustration, personal commission or simply a work for one's own pleasure begins with research. The research is fundamental to the final work. It may be that the time spent on getting everything right takes longer than the final work itself. So often when I was a student I heard the words "you are only as good as your reference". In short, you cannot improve a drawing if your reference is poor.

 

So, how do I begin? It depends on the project. If illustrating a bird, for example, I would look at many photographs of the particular species. Written descriptions are a wonderful addition when trying to ascertain the correct colours. There are so many variants. But, today with a multitude of photographs via the internet one has to be selective. I look for the shape of the beak from all angles; the eye, is it coloured, does it have a rim, and is it really round? What is the bird like in flight, how many feathers in the wing, and so on. But, the best reference of all is the actual bird.I have spent time in the natural history departments of museums observing and drawing various species essential to my work, collecting feathers and occasionally picking up dead birds that I have found to examine their feathers and basic anatomy. We can learn so much this way and the job is made easier when trying to explain, through a picture, what a bird really is.

 

Whenever I am stuck, unsure of how to show a particular detail, I place  myself as the person who knows nothing. Illustration at its most basic is a simple process of depicting and explaining the written word in picture form. There is a wonderful medieval picture of an elephant drawn from a description by the 13th century illuminator Guillaume le Clerc who had never seen the magnificent animal. And yet we instantly recognize that it is an elephant. A French illustration of a crocodile in about 1090 in the Liber Floribido (book of flowers) by Lambert, Canon of Saint Omer is clearly a work of the imagination.The artist depicts a monster species with a wonderful human head. One can only assume that the word reptile or lizard was missing from the written description. 

 

Recherche et Références

 

Chaque projet, que ce soit un design pour une carte de vœux, une illustration de livre, une commande personnelle ou simplement une œuvre pour son propre plaisir, commence par la recherche. Cette recherche est en effet fondamentale pour le travail final. Il se peut que le temps passé à bien régler le problème, prenne plus de temps que le travail final. Souvent, lorsque j'étais étudiante, j'entendais ces mots "tu ne valais que ta référence"; en bref, on ne peut améliorer un dessin si les références pour son exécution sont mauvaises.

 

Alors, par quoi commencer? Cela dépend du projet. Si je dois par exemple illustrer un oiseau, je regarderai de très nombreuses photographies d'une espèce particulière. Les descriptions écrites sont un ajout formidable lorsqu'il faut déterminer les bonnes couleurs, car il y a tellement de variantes possibles.

 

Mais aujourd'hui, avec autant de références via Internet, il faut être sélectif. Je cherche donc la forme du bec sous tous les angles, l'œil est il coloré, a-t-il un bord et est-ce vraiment rond? Comment est-il en vol, combien de plumes dans l'aile et ainsi de suite. Mais ma meilleure référence de toutes est l'oiseau réel. J'ai passé du temps dans les départements d'histoire naturelle des musées, à observer et à dessiner diverses espèces essentielles à mon travail, collectant des plumes, ramassant occasionnellement des oiseaux morts et examinant leurs plumes et leur anatomie de base. On peut ainsi apprendre beaucoup et le travail est facilité lorsque nous essayons d'expliquer à travers une image, ce qu'est réellement un oiseau.

 

Chaque fois que je suis dans l'impasse, ne sachant comment montrer un détail particulier, je me place en tant que personne qui ne sait rien. L'illustration la plus simple est un processus complexe, consistant à interpréter, expliquer et traduire le mot écrit sous forme d'image. Il y a une image merveilleuse d'un éléphant tiré d'une description de l'illuminateur du XIIIe siècle, Guillaume le Clerc, qui n'avait point vu ce magnifique animal. Et soudain pourtant, nous reconnaissons instantanément que c'est un éléphant! Une autre illustration française d'un crocodile dessiné vers 1090 dans le Liber Floridu (livre de fleurs) de Lambert, chanoine de Saint-Omer, est clairement un travail d'imagination. L'artiste n'essaie même pas de doser une espèce de monstre basée sur un lézard! On ne peut que supposer que le mot reptile ou lézard, était absent de la description écrite.

 

Certaines choses peuvent sembler banales, mais pour un connaisseur il sera tout de suite évident que la recherche, ou l'absence de celle-ci, a bien fait partie du travail représenté au final.